quarta-feira, 8 de junho de 2011

Media Smart ou les « pédagogues de la pub »

O texto (em francês) é de 2005, mas muito atual. E nos ajuda a refletir sobre atividades de leitura crítica da mídia. É preciso saber por quem e por que são propostas. No texto abaixo, há uma crítica ao projeto Media Smart. Leia e entenda o porquê. A dica de leitura é do querido professor Manuel Pinto, da Universidade do Minho.

Aux enseignants du primaire sont proposés un dictionnaire du jargon de la pub, ainsi que des fiches théoriques et pratiques (cf. www.mediasmart.org). Objectif déclaré : apprendre aux enfants à déchiffrer et interpréter les messages publicitaires, tout en précisant que « en expliquant aux enfants les objectifs de la publicité, vendre des produits et des services, ils seront en mesure d’apprendre plus rapidement à faire des choix plus responsables ». Ayant appris à déchiffrer, quant à nous, les objectifs des publicitaires, nous vous proposons les traductions suivantes :



« apprendre plus rapidement » : devenir prescripteurs d’achat de plus en plus tôt ?
« choix plus responsables » : responsables vis-à-vis de la bonne santé de l’économie de marché ?

Mais peut-être voyons-nous le mal là où les intentions de Media Smart sont désintéressées... Pourtant, le bon sens voudrait qu’on ne confie pas la sécurité d’un poulailler aux renards, même s’ils sont très demandeurs et l’assument bénévolement !

Au printemps 2005, le programme Media Smart avait déjà été présenté aux instances éducatives de la Communauté française, lesquelles, par l’intermédiaire de Marie Arena (circulaire n° 1169 du 24/06/2005), avaient émis de vives réserves. Extraits de la circulaire : « Le Conseil de l’Education aux Medias déconseille fortement la diffusion et l’utilisation du programme Media Smart tel que présenté. [...] Le Conseil confirme toutefois l’importance et la nécessité d’une éducation critique à la publicité dès l’enseignement fondamental. [...] Il recommande aux autorités éducatives d’attirer l’attention sur les risques impliqués par l’usage de ce type de matériel qui se présente comme erronément “pédagogique”. [...] Par ailleurs, le programme ne viserait aucunement à développer l’esprit critique ; il pousserait essentiellement à acheter et à dépenser. Le diplôme “Tu es pub malin” tendrait à donner une sorte de caution à l’enfant. ». De leur côté, le CRIOC et la Ligue des Familles avaient aussi tiré la sonnette d’alarme. Dans un récent communiqué, Marie Arena a souligné que « Les enfants de l’enseignement fondamental ne doivent pas être sollicités ni “éduqués” par des structures dont les intérêts principaux sont commerciaux. Il est inadmissible que les enseignants et les éducateurs soient instrumentalisés en tant que vecteurs de diffusion de la publicité. Il est hors de question d’ouvrir l’Ecole à ces manœuvres grossières. L’Ecole est un lieu d’apprentissage et d’éducation et non un terrain de chasse dont les enfants constituent la cible privilégiée » (Le Soir en ligne, 06/11/2005)


Dans son édition du 27 octobre 2005, Le Soir nous apprend que le Conseil de la Publicité vient de présenter à la ministre Arena une nouvelle version du programme de laquelle - petite concession - auraient été bannies les marques. Il s’est stratégiquement associé avec l’IBSR (Institut Belge de la Sécurité Routière) pour inviter les enfants « à réaliser leur propre campagne de sécurité en utilisant toutes les astuces des publicitaires. »(Isabelle Dresse, Le Soir). Là encore, la distorsion de la réalité est flagrante : dans ce programme « pédagogique », la publicité est présentée sous couvert de messages de sensibilisation, alors que la publicité, dans son principe, a pour unique but la maximalisation du profit. Alors que l’Inspection générale et le Conseil d’Education aux Médias doivent rendre un avis dans les prochaines semaines, le Conseil de la Publicité a néanmoins commencé à diffuser son programme dans les établissements, sans l’aval du ministère, ce qui s’appelle la politique du fait accompli, au mépris de l’autorité publique ! Pis, une centaine d’enseignants auraient déjà commandé le kit. Le député Yves Reinkin a déjà réagi dans un courrier envoyé à la ministre le 27 octobre dernier et l’interpellera très prochainement au parlement de la Communauté française.


Nous, membres de l’Appel Pour une Ecole Démocratique, du collectif Résistance à l’Agression Publicitaire et de l’asbl RESPIRE, appelons instamment les autorités éducatives de la Communauté française à prendre toutes les mesures nécessaires pour retirer au plus vite ce programme des 2.000 écoles auxquelles il est à terme destiné. Nous appelons aussi les instituteurs et institutrices à faire preuve d’esprit critique et de civisme en refusant d’utiliser ce programme et en le faisant savoir à ses promoteurs. Nous demandons également à être dorénavant consultés pour les cas concernant l’intrusion publicitaire dans les écoles.

Fonte: L'école Democratique/ 10 novembre 2005

Nenhum comentário:

Postar um comentário